Les gouvernements reconnaissent de plus en plus que les économies ne peuvent atteindre leur plein potentiel qu'avec la pleine participation des femmes et des hommes. Pour aider les pays à atteindre cet objectif, le Groupe de la Banque mondiale se concentre sur quatre domaines clés en particulier.
Les filles fréquentent l'école en plus grand nombre que jamais auparavant, et les femmes entrent de plus en plus sur le marché du travail et dans les grandes entreprises. Bien que nous devrions célébrer ces progrès, il reste beaucoup de travail à faire pour qu'une fille née aujourd'hui ait les mêmes chances qu'un garçon.
Des recherches de la Banque mondiale et d'autres montrent que libérer le pouvoir économique des femmes peut contribuer à la croissance mondiale. De plus, c'est la bonne chose à faire. Heureusement, davantage de pays reconnaissent que les économies ne peuvent atteindre leur plein potentiel qu'avec la pleine participation des femmes et des hommes.
Le Groupe de la Banque mondiale aide les pays à atteindre cet objectif dans des domaines importants, notamment la suppression des lois discriminatoires, l'investissement pour combler les écarts entre les sexes, l'élargissement de l'accès au financement et l'intensification des efforts pour prévenir la violence sexiste.
De manière encourageante, notre rapport 2020 Women, Business, and the Law - qui mesure comment les lois et règlements affectent les opportunités économiques pour les femmes dans 190 économies - met en évidence les progrès réalisés. Depuis 2017, par exemple, le Népal, São Tomé-et-Principe et le Soudan du Sud ont fait de grands progrès pour éliminer les barrières légales liées au genre. De même, l'Arabie saoudite a modifié ses lois afin de protéger les femmes de la discrimination dans l'emploi et d'interdire aux employeurs de licencier une femme pendant la grossesse ou le congé de maternité. Et les Émirats arabes unis ont modifié leur législation pour introduire l'égalité de rémunération et accroître la représentation des femmes dans les conseils d'administration des entreprises.
Les gouvernements prennent également des mesures pour veiller à ce que les femmes et les hommes puissent concilier parentalité et travail. Au cours des deux dernières années, les Fidji ont prolongé le congé de maternité payé et, avec Chypre, ont introduit le congé de paternité payé. En outre, les États-Unis ont récemment adopté une législation visant à introduire un congé familial payé pour les employés fédéraux.
Les politiques et programmes axés sur le genre peuvent en outre permettre aux filles et aux femmes de réaliser leur potentiel économique. Il s'agit notamment d'investissements ciblés visant à encourager les filles à poursuivre leurs études plus longtemps, afin qu'elles soient dotées de l'éducation et des compétences dont elles ont besoin pour participer à la population active à l'âge adulte.
Avec le soutien de la Banque mondiale, par exemple, le gouvernement du Bangladesh octroie aux filles des bourses d'études secondaires et a mis en place un programme de formation à la vie quotidienne. Ces mesures ont inversé l'écart entre les sexes dans l'enseignement secondaire, de sorte que les filles sont désormais plus nombreuses que les garçons en classe.
Il est tout aussi important de stimuler la mobilité des femmes et de les encourager à rechercher un emploi rémunéré. Ici, le succès passe par la réduction du harcèlement dans les transports publics, la prise en compte des besoins des mères qui travaillent lors de la définition des horaires de bus ou de train et la garantie que les trajets sont sûrs, bien éclairés et accessibles. Au Liban, la Banque mondiale vise à aider à accroître l'utilisation des transports publics par les femmes en soutenant les efforts de réorganisation du secteur des transports en tenant compte de leurs besoins.
L'élargissement de l'accès des femmes au financement est également essentiel. La Société financière internationale (SFI), la branche des prêts au secteur privé du Groupe de la Banque mondiale, estime que, dans le monde, les entreprises dirigées par des femmes ont un déficit de crédit de 1,5 billion de dollars.
La Women Entrepreneurs Finance Initiative (We-Fi), basée à la Banque mondiale, est conçue pour aider à combler cette pénurie de financement et à éliminer les autres obstacles auxquels les femmes entrepreneurs sont confrontées. Soutenu par les gouvernements des États-Unis, d'Allemagne, du Japon, de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, entre autres, le programme vise à soutenir 115 000 petites et moyennes entreprises appartenant à des femmes dans plus de 50 pays et à attirer plus de 2,6 $. milliards de dollars en financement privé et public. Avec la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva et Ivanka Trump, j'ai participé au récent sommet We-Fi à Dubaï, où nous avons discuté avec les ministres du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord de la manière de débloquer des opportunités pour les femmes, notamment grâce à un meilleur accès. financer.
Tirer parti de la technologie, notamment en transférant davantage de transactions en espèces vers les canaux numériques, peut donner aux femmes un plus grand contrôle sur leurs propres ressources. De telles innovations peuvent également offrir d'autres avantages: une étude réalisée en 2016 au Kenya a révélé que l'accès des femmes aux services d'argent mobile augmentait l'épargne des ménages de plus d'un cinquième et contribuait à réduire l'extrême pauvreté des ménages dirigés par une femme de 22%.
Le secteur privé a ouvert la voie en intégrant les services financiers numériques. En Égypte, le fournisseur de services financiers Fawry, un client de la SFI, permet plus de 2,5 millions de transactions par jour et a récemment lancé le premier réseau d'agents de paiement électronique féminin du pays, dans le but d'améliorer l'accès des femmes aux paiements électroniques.
Mais, en plus des lois discriminatoires et du manque d'accès aux capitaux et aux biens, les filles et les femmes dans de nombreuses régions du monde sont également entravées par des normes qui suggèrent qu'une fille a moins de valeur qu'un garçon. La violence sexiste est l'une des manifestations les plus pernicieuses de ce parti pris profondément ancré. Aujourd'hui, de façon choquante, une femme sur trois dans le monde a subi des violences physiques ou sexuelles.
La bonne nouvelle est que les pays progressent dans la prévention et la réponse à la violence sexiste. Les travaux financés par la Banque mondiale et la Sexual Violence Research Initiative aux Îles Salomon, par exemple, montrent qu'une telle violence n'est plus acceptée une fois que les communautés, soutenues par des chefs religieux et des prestataires de services gouvernementaux, se sont prononcées contre. Et à mesure que les meilleures pratiques émergent quant à la manière d'aider les victimes de violence, les praticiens doivent unir leurs forces pour partager les leçons apprises. Fournir aux réseaux de femmes un soutien social, une formation sur les risques de violence et des programmes de renforcement de la confiance peut également aider.
En cette Journée internationale de la femme, je voudrais souligner à nouveau que le Groupe de la Banque mondiale est prêt à unir ses forces à toutes les parties prenantes œuvrant pour l'autonomisation des femmes et la libération de leur potentiel économique.